Breaking News
Matshidiso Moeti, newly named as Regional Director for World Health Organization, WHO's Africa Region, speaks to the media, during a press conference, at the European headquarters of the United Nations in Geneva, Switzerland, Tuesday, Jan. 27, 2015. (AP Photo/Keystone,Salvatore Di Nolfi)

LUTTE CONTRE L’ONCHOCERCOSE EN AFRIQUE : Le satisfecit de l’OMS

La lutte contre l’onchocercose ou cécité des rivières engrange des résultats positifs après 40 ans. Et ceci est un succès pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a organisé du 14 au 15 juillet 2016 une rencontre internationale qui a réuni 200 participants  à Ouagadougou, afin de faire le bilan du Programme africain de lutte contre l’onchocercose abrité par le Burkina Faso et qui a pris fin en 2015. Après la rencontre, Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique,  a rencontré la presse dans la soirée du 15 juillet 2016 afin de situer les objectifs de cette célébration et donner les perspectives relatives aux zones qui résistent toujours aux actions multiformes contre l’onchocercose.

 

Après 40 ans de lutte hardie contre l’onchocercose, l’éradication de l’une des Maladies tropicales négligées (MTN) est en bonne voie grâce au défunt Programme africain de lutte contre l’onchocercose qui a pour objectif de contrôler la maladie.  Selon Dr Matshidiso Moeti, « la transmission a beaucoup diminué mais cela ne veut pas dire que le vecteur n’existe plus. L’onchocercose continue d’être un problème de santé en Afrique mais pas comme avant ».

 

Des leçons à tirer du défunt Programme

 

Pour Dr Matshidiso Moeti, il y en a. La première leçon, dit-elle,  « est que le partenariat est très important dans la lutte contre l’onchocercose.  Nous aurons toujours besoin de l’appui des autres. La deuxième nous enseigne que l’implication des communautés est très  importante. La troisième leçon est que les données sont importantes dans la prise de décision et l’action sur le terrain ». Par ailleurs, Dr Moeti a remercié le Burkina Faso d’avoir abrité non seulement le Programme africain de lutte contre l’onchocercose, mais aussi la célébration du succès de la lutte contre l’onchocercose.

 En ce qui concerne les perspectives, Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, a fait comprendre que la lutte continue avec un autre programme : « Nous allons élargir notre action vers d’autres zones où le parasite existe toujours ». C’est ainsi que le Programme africain de lutte contre l’onchocercose qui a pris fin en 2015 cède la place au « Projet élargi pour l’élimination des maladies tropicales négligées » qui, lui, sera basé à Brazzaville au Congo avec une équipe restreinte. Ce programme engloutira 10 à 15 millions de dollars par an sur une période de cinq ans.

 

Françoise DEMBELE

 

Légende

 

Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, a animé la conférence de presse (Ph. DR)

 

ENCADRE

 

Qu'est-ce que l'onchocercose ?

 

L'onchocercose est une maladie des yeux et de la peau causée par un vers (filaire) dont le nom scientifique est Onchocerca volvulus. Elle est transmise aux humains par la piqûre d'une petite mouche noire (une simulie). Ces mouches se reproduisent dans les cours d'eau agités, augmentant le risque de cécité chez les personnes vivant à proximité, d'où le nom usuel de "cécité des rivières".

 

Quelles sont les conséquences de la maladie ?

 

La mort des microfilaires est très toxique pour la peau et les yeux, et provoque de terribles démangeaisons cutanées et des manifestations oculaires variés (lésions). Après de multiples années d'exposition, ces lésions conduisent à une cécité irréversible et à des lésions cutanées inesthétiques appelées parfois "peau de léopard" ou de " lézard".

Dans certaines communautés d'Afrique de l'Ouest, environ 50% des hommes de plus de 40 ans sont devenus aveugles à cause de la maladie. En conséquence, les populations ont quitté les vallées fertiles pour s'installer sur les plateaux moins fertiles. Les manquent à gagner annuels ont été estimés, dans les années 1970, à 30 millions de dollars américains.

 

Où l'onchocercose sévit-elle ?

 

La distribution de l'onchocercose est liée à la localisation des simulies qui sont naturellement retrouvées près des cours d'eau agités en zone inter-tropicale. Toutefois, près de 90% des cas surviennent en Afrique. L'onchocercose est aussi retrouvée dans 6 pays d'Amérique latine et au Yemen dans la péninsule arabique, où l'on pense que la maladie a été apportée par la traite des esclaves.

 

Source : OMS

Check Also

SEMAINE NATIONALE DE LA PLANIFICATION FAMILIALE Sept jours de sensibilisation pour mieux espacer les naissances

Du 14 au 20 mai 2018, le Burkina a célébré la Semaine nationale de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *