mardi 21 février 2017
Dernière minute
TAUX DE CHOLESTEROL  Trop bas ou trop élevé serait mauvais pour la santé

TAUX DE CHOLESTEROL Trop bas ou trop élevé serait mauvais pour la santé

Une étude américaine révèle un lien entre une augmentation trop élevée du HDL-cholestérol (lipoprotéine de haute densité), appelé bon cholestérol, et la mortalité précoce. Les taux trop bas ou trop élevés de HDL-cholestérol sont associés à un risque de mort prématurée, selon une étude américaine.
Des scientifiques de l'Université de Washington, aux Etats-Unis, ont cherché à comprendre si le HDL-cholestérol (HDL-c) aussi connu comme bon cholestérol, jouait toujours un rôle bénéfique pour la santé.
D'après cette étude qui vient d’être publiée dans la revue Clinical Journal of the American Society of Nephrology, le HDL-cholestérol (lipoprotéine de haute densité) s'avère mauvais pour la santé lorsque ses taux sanguins sont trop bas ou trop élevés.

Le LDL-cholestérol n’est pas le seul coupable

Jusqu'alors, seul le LDL-cholestérol (lipoprotéine de basse densité), dit mauvais cholestérol, était scruté sur les résultats sanguins. En excès, il favorise la formation de dépôts sur les parois des artères, entraînant une athérosclérose (un durcissement et rétrécissement des artères), qui est le principal facteur de risque d'Accident vasculaire cérébral (AVC) ou d'infarctus du myocarde. Malgré le rôle protecteur sur les artères du HDL-c, qui transporte le cholestérol vers le foie, son taux trop élevé serait un facteur de risque de décès prématuré, selon cette étude épidémiologique conduite auprès de 1,7 million d'anciens combattants de sexe masculin suivis durant une dizaine d'années, de 2003 à 2013.

Risque de décès prématuré

D'après les résultats, les patients atteints de maladie rénale ont montré plus souvent des niveaux inférieurs de HDL-c, ce qui pourrait expliquer leur risque plus important de décès prématuré. Par ailleurs, des niveaux de HDL cholestérol trop élevés ou trop faibles sont également associés à un risque accru de décès prématuré et cela, quelle que soit la santé rénale des participants. Autrement dit, il existe une relation entre les niveaux de HDL-c et la mortalité avec un risque de décès accru aux deux extrémités de la fourchette des taux sanguins. Globalement, l'apport alimentaire d'antioxydants comme la vitamine E, la vitamine C ou le β-carotène que l'on trouve dans les fruits, légumes et les oméga 3, peut limiter l'accumulation du mauvais cholestérol dans la paroi artérielle. En revanche, toutes les viandes, mêmes maigres (abats, poulet, etc.) sont sources de cholestérol, en particulier les abats.

Surveiller tous les 5 ans

Selon une récente étude canadienne, l'orge, tout comme l'avoine, réduirait de 7% le risque de maladie cardiovasculaire liée au mauvais cholestérol. Ces deux céréales sont particulièrement riches en bêta-glucane, fibre soluble très visqueuse que l'on trouve sous forme de son, farine, grains concassés ou flocons. En médecine préventive, la Fédération française de cardiologie recommande de surveiller son taux de cholestérol à partir de dix-huit ans et tous les cinq ans.

Source : Doctissimo

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*